L’enfant qui n’est pas à l’écoute de sa faim

Par les nutritionnistes de Nos petits mangeurs

Laisser l’enfant manger à sa faim : une pratique à privilégier puisque les enfants naissent avec la capacité d’écouter leurs signaux de faim et de satiété. Votre enfant semble avoir de la difficulté à reconnaître qu’il n’a plus faim? Devez-vous continuer à le laisser choisir de la quantité qu’il mange?

Gardez la même approche

Un enfant qui mange soudainement plus qu’avant n’est pas nécessairement un enfant qui n’écoute plus ses signaux. Sa faim varie et c’est normal. Si l’enfant mange très rapidement, porte peu attention à ce qu’il mange ou se plaint de maux de ventre après le repas, vous avez peut-être raison de croire qu’il est déconnecté de ses signaux.

Dans ce cas, l’approche est tout de même de laisser l’enfant décider des quantités qu’il mange. Le restreindre, si vous trouvez qu’il mange trop, pourrait accentuer sa difficulté à écouter les signaux que son corps lui envoie et nuire à sa relation avec les aliments.

Voici plutôt comment vous pouvez lui venir en aide :

1-  Aidez votre enfant à écouter ses signaux

Votre rôle est d’encadrer votre enfant et de l’aider à reconnaître ses signaux de faim et de satiété.

Demandez-lui comment il sait qu’il a faim ou qu’il n’a plus faim. Est-ce que son ventre fait des gargouillis? Est-ce qu’il lui arrive d’avoir mal au ventre après avoir mangé? Expliquez-lui que son ventre lui parle et qu’il est le seul à pouvoir l’écouter. Exprimez comment vous vous sentez avant, pendant et après le repas pour lui offrir des points de repère.

2-  Créez un contexte favorable à l’écoute de ses signaux

Éviter les sources de distractions qui pourraient éloigner l’attention de votre enfant lors des repas. Pas de jeux, pas de télévision. Aussi, faites en sorte qu’il mange ses repas et ses collations à table, idéalement en famille.

3-  Rassurez votre enfant

  • Établissez un horaire régulier de repas et de collations. C’est rassurant pour un enfant de savoir quand sera la prochaine occasion de manger.
  • Offrez de 2 à 3 collations par jour à votre enfant pour éviter qu’il arrive affamé au repas et qu’il mange ainsi plus que sa faim.
  • Ne refusez pas une deuxième assiette à votre enfant s’il en fait la demande. Il pourrait ainsi se faire des réserves lors des prochaines occasions de manger de peur d’en manquer.
  • Si votre enfant aime particulièrement un aliment, rappelez-lui que vous pourrez le servir à nouveau lors d’un prochain repas.

4-  Évitez les aliments récompenses

N’utilisez pas les aliments en guise de récompense, de punition, de consolation ou de moyen de négociation. De telles pratiques encouragent la surconsommation et mettent certains aliments sur un piédestal.

5-  Aidez votre enfant à exprimer ses émotions

Votre enfant peut avoir de la difficulté à écouter ses signaux en raison d’une préoccupation qui le rend anxieux, inconfortable, en colère ou triste. Si vous remarquez qu’il n’est pas dans son assiette, aidez-le à gérer ses émotions en dehors de l’assiette!

Aider votre enfant à reconnaître ses signaux de faim et de satiété, c’est un précieux cadeau que vous lui faites pour la vie.

 

Date de publication: janvier 2016

Références

Larsen, J. K., et al. (2015). « How parental dietary behavior and food parenting practices affect children’s dietary behavior. Interacting sources of influence? » Appetite 89(0): 246-257.