Les styles éducatifs en lien avec l’alimentation

Par les nutritionnistes de Nos petits mangeurs
Styles éducatifs

Les styles éducatifs définissent votre approche envers les enfants, notamment dans le cadre des repas et des collations. À court et à long terme, les styles éducatifs se reflètent dans les comportements alimentaires de l’enfant. Êtes-vous de style démocratique, autoritaire ou permissif ?

Les trois principaux styles

Trois principaux styles sont définis par les spécialistes : autoritaire, permissif et démocratique. Selon la situation au repas, il se peut que vous passiez d’un style à l’autre. Dans tous les cas, il y aura des impacts positifs ou négatifs sur le développement des habitudes et des comportements alimentaires des enfants. Le style démocratique est celui à privilégier. On l’appelle aussi le modèle positif.

Style démocratique (modèle positif)

On le reconnaît à…

L’adulte démocratique établit des règles claires par rapport à l’alimentation. L’enfant connaît ces règles et il doit les respecter. Avec ce style, l’enfant est souvent exposé à de nouveaux aliments, mais il n’est pas obligé de les manger.

L’adulte démocratique assume les responsabilités de déterminer le menu, l’horaire des repas et l’endroit où ils se prennent (quoi, quand, où). Il laisse l’enfant décider de la quantité qu’il mange (combien). C’est ce qu’on appelle le partage des responsabilités.

Impacts

Le style démocratique a un impact positif à plusieurs égards :

  • Alimentation variée et équilibrée
  • Aucun aliment interdit, puisque l’enfant peut manger des aliments moins nourrissants à l’occasion
  • Respect des goûts, ainsi que de la faim et la satiété

Le style démocratique est l’approche à privilégier avec l’enfant aux repas. Il favorise son autonomie, car il apprend à écouter sa faim et sa satiété, et aussi à découvrir des aliments à son rythme.

Style autoritaire (contrôlant)

On le reconnaît à…

Un adulte autoritaire exerce un contrôle sur les aliments et les quantités mangés. Il est très directif. Il peut utiliser des ruses ou des récompenses qui poussent l’enfant à manger, par exemple : « mange tous tes légumes si tu veux être fort » ou encore « finis ton assiette si tu veux avoir du dessert ». L’adulte autoritaire peut restreindre la consommation d’aliments à faible valeur nutritive et parfois même l’interdire. À l’inverse, certains vont empêcher un enfant de manger à sa faim s’ils jugent que c’est trop ou que l’enfant risque de grossir.

Impacts

À court terme, l’enfant mangera probablement plus, tel qu’on lui demande. Ou moins, si on le restreint. Il y a plusieurs problèmes associés à cela.

  • Manger sans plaisir
  • Attrait plus grand pour les aliments gras et sucrés (ou « interdits »)
  • Dégoût plus marqué envers les aliments pour lesquels on exerce une pression.
  • Faible variété alimentaire
  • Mène souvent l’enfant à manger au-delà de sa faim, ou au contraire à ne pas satisfaire sa faim, si on le restreint. Dans les deux cas, cette approche déconnecte l’enfant de ses signaux de faim et de satiété.
  • À long terme, le style autoritaire peut mener l’enfant à manger plus que nécessaire ou à manger en cachette. Cela dirige possiblement l’enfant vers un surplus de poids et vers une relation malsaine avec la nourriture.

Le style autoritaire est à éviter.

Style permissif

On le reconnaît à…

L’adulte qui n’impose aucune règle à son enfant, car il souhaite surtout éviter les conflits. Soucieux d’offrir un climat positif au petit, il consulte toujours l’enfant en ce qui concerne les règles. L’adulte permissif laisse l’enfant manger ce qu’il veut quand il le veut.

Impacts

L’enfant se retrouve à être très peu ou pas exposé à de nouveaux aliments, car il choisit et accepte de manger que ce qu’il connaît et aime déjà.

  • Alimentation peu variée et déséquilibrée. Peu de fruits et légumes et beaucoup d’aliments gras et sucrés.
  • L’enfant peut même développer un sentiment d’insécurité face à de nouveaux aliments.
  • L’enfant qui a toujours le loisir de manger ne reconnaît plus la faim et la satiété. À cause de cela et de la piètre qualité de son alimentation, il a un risque de développer un surplus de poids.

Le style permissif est à éviter.

 

L’enfant, tout particulièrement en bas âge, a besoin d’un encadrement pour développer des comportements alimentaires sains. Il doit aussi développer son autonomie. Cet équilibre s’acquiert lorsque vous adoptez le style démocratique. Ce n’est pas toujours facile, mais visez-le comme objectif.

 

Date de publication: juillet 2014